contreledopage@gmail.com

Marco Pantani (1970-2004)

Le décès, en 2004, de Marco Pantani, grimpeur unique dans l’Histoire du cyclisme, est là pour nous rappeler que le dopage demeure inacceptable, car il peut conduire à de graves problèmes personnels, incluant la toxicomanie, la dépression et le suicide.

Rappelons-nous également la responsabilité du milieu cycliste, en premier lieu ses équipiers, son directeur sportif Martinelli qui officie toujours dans le peloton, et les dirigeants du cyclisme qui n’ont jamais hésité à en faire un mouton noir pour justifier leurs actions. La vérité, c’est que ces actions étaient de la poudre aux yeux et que Pantani a aussi payé pour les autres.

Rappelons-nous enfin l’Affaire du Giro 1999, à Alpe di Pampeago, où Pantani a été exclu pour un taux d’hématocrite très légèrement supérieur à 50% alors qu’il était sur le point de gagner l‘épreuve. S’il est évident qu’il usait de produits interdits comme tous les autres, je me questionne parfois s’il ne conviendrait pas de revisiter certains événements à la lumière du récent scandale Armstrong… L’exclusion de Pantani à un mois du Tour ouvrait en effet toute grande la route de la victoire au clan Armstrong… à un incroyable retour d’un cancéreux et… au développement du cyclisme nord-américain, notamment des sociétés Trek, Oakley, Giro, et d’autres encore. Et de nombreux éléments nous portent à croire que le seul cycliste que Lance Armstrong a réellement craint durant sa carrière, c’est Marco Pantani. Parce que créatif, imprévisible, largement supérieur en montagne et disposant d’alliés dans le peloton, Pantani ne pouvait être contrôlé par Armstrong.

Pour ceux qui se demandent d’où me vient cette haine du dopage dans le cyclisme, une partie de la réponse vient d’ici: Marco Pantani. Si je n’ai jamais eu d’idole, Pantani est probablement le coureur professionnel que j’ai le plus admiré jusqu’ici. J’adore d’une part les grimpeurs et leur capacité de renverser une course sur une seule étape, j’aimais le sens de l’attaque  et le sens tactique de Pantani et surtout, surtout, son panache en course et hors de la course.

Et je demeure convaincu que débarquant dans le cyclisme pro en 1992, Pantani a vite compris qu’y réussir ne lui laissait aucun autre choix que de se doper.

Marco Pantani, ne l’oublions jamais.

Source et date de l’article  http://laflammerouge.com  15.02.2013

Auteur : Laurent

Source de l’image

Articles en relation

Laissez un commentaire

*